Combats et métamorphoses d’une femme

Edouard Louis, Editions du Seuil             3/5

L’auteur continue à explorer son passé et celui de ses proches, aliénés par leur condition – origines, pauvreté, exploitation, déterminisme. Sa démarche est politique, à la manière de Didier Eribon dans Retour à Rheims.

Ce très court essai autobiographique relate la libération de la mère de l’auteur, piégée par les grossesses précoces, l’environnement et la condition des femmes d’ouvriers. Avec honnêteté Edouard Louis pointe sa propre contribution à l’aliénation de sa mère quand il lui dénie le droit au bonheur, puis sa culpabilité et enfin la réconciliation entre deux « exclus », l’une parce que femme, l’autre parce que homosexuel dans un village ouvrier du nord de la France. L’on reste un peu sur sa faim cependant, par la brièveté du récit et une sorte de froideur analytique où la tendresse peine à se faire une place.