J’irais nager dans plus de rivières

Philippe Labro, Gallimard 2020                                  1/5

En 2012, l’anthropologue Françoise Héritier publiait Le Sel de la vie, petit livre où elle convoquait à la manière des surréalistes et avec simplicité associations d’idées, enchaînements de sensations, regrets, souvenirs, désirs.

Labro reprend à son compte la formule, avec moins d’humilité. Cela donne une longue litanie de “J’emporterai …”, des portraits de personnalités (ou comment parler des gens célèbres pour se mettre en avant), des dizaines de citations redondantes. On assiste, bien qu’il s’en défende, au bilan d’une vie certes féconde mais se sachant telle et le proclamant. Le tout m’a paru vaniteux, sans réelle surprise et pour tout dire ennuyeux.